It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

12 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 3

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 3 : "The Fairport Convention : Farewell Farewell A Pleyel, les choses étaient différentes. On appelait ce continent le vieux monde, mais pour moi tout semblait neuf et irréel. Du béton, partout, comme si la ville avait été taillée à même la roche. L’électricité aussi, qui donnait vie au moindre mouvement de la ville. Les vêtements, taillés sur mesure et teint de couleurs que je n’avais jamais vu, des femmes qui défilaient dans les grandes... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)