It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

20 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 6 (fin)

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 6 : "Ustad Vilayat Khan - Nuit (Bo du Salon de Musique) Sur le parking, la main sur la poignée de la porte de ma voiture, je levais la tête pour observer la grande masse du cinéma pointant vers le ciel et me demandais dans quelle salle elle était encore, à quel étage, dans quelle partie de cette immeuble qui de l’extérieur ne laisse rien deviner de ces mystères, de son labyrinthe étrange et pourtant si simple de salles, d’escaliers et de cabines... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)