It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

30 septembre 2006

Quand serons-nous des fantômes ? Partie 2

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 2 page 2 : " Brian Jonestown Massacre - Spun Sacha n’arrivait pas à comprendre la nature de ces métamorphoses, si elles étaient voulues ou non, intentionnelles ou non ; il se contentait de succomber. La regarder ainsi retardait la dégustation de sa glace et il finissait invariablement en dernier, parfois dix minutes après elle, mâchouillant une mixture tiède et fondue, sorte de bouillie de tous les parfums qui composaient sa glace, essayant... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2006

Jean Cocteau : La villa Santo Sospir

Juste pour cette voix. Et parce que mon blog est un cinéma, dans lequel j'espère que vous aimez les fauteuils, que la climatisation est à votre goût, que le public est raffiné, et que les films sont choisis avec goût. Installez-vous confortablement. Première Partie : Deuxième Partie : Troisième Partie : Quatrième Partie : Cinquième Partie :
Posté par Paul Austere à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2006

Quand serons-nous des fantômes ? Partie 1

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 2 page 1 : "Bob Dylan : Let Me Follow You Down Elle gobait la vie. " La Vie " était le nom d’une glace censée représenter la création, un trio de boules bleues au parfum chimique impossible à identifier, recouverte de chantilly pour figurer les nuages, des morceaux de noisettes concassés en guise de terre, des feuilles de menthe pour la flore. L’hommage n’était pas parfait. Marie la mangeait toujours en moins de cinq minutes, engouffrant sans... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 17:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 septembre 2006

Morrissey et les Smiths : Youtube Friday

Pour commencer, les vidéos les plus étranges que vous verrez cette année : dans la première, des enfants moches chantent This Charming Man. Dans la deuxième, Morrissey et Marr vont au zoo en bus avec ces mêmes enfants moches. Kitsch, effrayant, et surtout, un point de vue inédit sur nos idoles. Et pour redonner un peu de street credibility au Moz : un hommage des fans, spécial invasion de scène et calins musclés. ça donne terriblement envie. TOUT CA N'A PAS DE PRIX
Posté par Paul Austere à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 6 (fin)

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 6 : "Ustad Vilayat Khan - Nuit (Bo du Salon de Musique) Sur le parking, la main sur la poignée de la porte de ma voiture, je levais la tête pour observer la grande masse du cinéma pointant vers le ciel et me demandais dans quelle salle elle était encore, à quel étage, dans quelle partie de cette immeuble qui de l’extérieur ne laisse rien deviner de ces mystères, de son labyrinthe étrange et pourtant si simple de salles, d’escaliers et de cabines... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 5

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 5 : "Miles Davis - Nuits sur les Champs Elysée Take#4 Mon ex-femme et moi nous revoyons à intervalles réguliers, juste comme ça, histoire de vérifier si ça ne pourrait pas marcher à nouveau après quelques mois, quand bien même pour moi ça n’a jamais marché, j’avais l’impression que les choses étaient différentes pour elle. Cette fois nous avions opté pour un film, à ma demande, ainsi nous n’aurions pas à parler et ça me rappellerait peut-être mes... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2006

Peter Doherty - You Talk Utah (Youtube Friday)

Une simple petite vidéo, parce que la simplicité c'est bien aussi. Une nouvelle chanson :
Posté par Paul Austere à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 4

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 4 : "Coco Rosie : Candyland En tant que seul petit indien inscrit en faculté, je devins malgré tout assez connu. Les professeurs étaient fiers de ma réussite et n’hésitaient pas à en parler en amphithéâtre et entre eux. Bientôt, à cause de la difficulté à prononcé mon nom, je devins " Ben ", diminutif de " Raben ". Cela allait évolué à l’obtention de mon diplôme en " Docteur Ben ". J’avais mon troisième nom, mon nouveau... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 3

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 3 : "The Fairport Convention : Farewell Farewell A Pleyel, les choses étaient différentes. On appelait ce continent le vieux monde, mais pour moi tout semblait neuf et irréel. Du béton, partout, comme si la ville avait été taillée à même la roche. L’électricité aussi, qui donnait vie au moindre mouvement de la ville. Les vêtements, taillés sur mesure et teint de couleurs que je n’avais jamais vu, des femmes qui défilaient dans les grandes... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2006

Il voulait une révolution, etc. Partie 2

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 1 page 2 : "The Beatles - In My Life J’ai eu plusieurs vies et bien sûr, je dois avouer que certaines ont été plus réussies que d’autres. Le seul problème est d’arriver à déterminer ce qu’est la " réussite ". Je suis né Raben Umebayashi à Bénarès, en Inde. C’est ainsi qu’on m’a baptisé dans les eaux brunes du Gange à l’âge tardif de 16 ans, ces seize années de retard étant du à ma condition physiques incitant les médecins, que mes parents,... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)