It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

27 octobre 2006

Lawrance Welk meets Velvet Underground - Sister Ray

Comment être très drôle avec très peu de chose : un poil de talent, une bonne idée, de la chance, beaucoup de chance, et surtout, une extraordinaire coincidence de gestes, de rythmes, et d'antagonismes.
Posté par Paul Austere à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)