It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

15 janvier 2007

Notre (dernière) nuit ardente Partie 6

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 3 page 6 : "The Psychedelic Furs : Heartbreak beat Sacha chercha en vain dans les moindres recoins de la discothèque, des sorties de secours à la cabine du dj, sans trace du garçon blond. Il en vint à croire que ce n’était pas lui qui l’avait bousculé un peu plus tôt et qu’il avait fait tout ça, laisser Marie, passer une heure à parcourir la boite de nuit en long et en large, pour rien. Au fur et à mesure de ses recherches, il se... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 janvier 2007

Notre (dernière) nuit ardente Partie 5

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 3 page 5 : "New Order - Let's Go (nothing for me) Le téléphone vibra dans sa poche. Déjà lancé sur la route, il leva très légèrement le pied le temps de l’extirper de son pantalon qui collait contre sa peau en sueur. Sur l’écran retro-éclairé le nom de Marie s’affichait en grand et illuminait l’intérieur sombre de sa voiture. C’était un message. « G suis ou on devais être. é ou tu devrais être. Oublions tout ca ». Il ne put déchiffrer... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2007

Notre (dernière) nuit ardente Partie 4

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 3 page 4: "The Cure : The Holy Hour La boite de nuit diffusait une sorte de rock accéléré au moins 2 fois. Sacha avait rejoint Marie il y avait une heure déjà, vers 2 heures du matin. C’était une chose étrange à faire. Etre dans une boite de nuit quelques heures seulement après avoir cru mourir. Marie avait été auscultée par les ambulanciers puis laissée sur place tandis que le garçon blond était transporté aux urgences. Il irait bien.... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)