It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

05 octobre 2006

I know I’m unloveable

Aujourd’hui nous allons nous parler d’un truc super cool : la sémantique et le langage. Eh non, ne partez pas… Peut-être que si je vous dit que je m’appuie sur trois choses précises, cela vous donnera envie de rester. Ces trois choses sont : une chanson de Smiths, mon expérience personnelle, et ce que j’écrits. Et non vous inquiétez pas (ou inquiétez-vous si vous êtes érudits), je ne connais rien en sémantique, je déteste tout ce qui touche aux règles et j’ai bien l’intention d’attaquer le problème à ma façon. La chanson... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 17:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 septembre 2006

Radiohead - Videotape

Parfois, c’est un besoin d’écrire le nom du groupe en même temps que le titre de la chanson. Alors pourquoi Radiohead ? Le groupe a presque splitté, entre 2004 et 2005. Fatigue de tournées. Mais pas vraiment. Ils se sont simplement octroyés des vacances, quelques semaines, comme ça, pour se reposer d’un an et demi de concerts. Et puis, au moment de se rejoindre, plus rien. Plus de raisons, plus d’espérances, plus d’envies. Plus rien sauf peut-être de la peur. Mais cette peur là, c’est la peur du vide. Plus... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)