It May All End Tomorrow (comme son titre l'indique)

Des notes sur rien et la création d'un roman étape par étape, le tout orchestré par un jeune auteur, aspirant écrivain, inspiré par Cocteau, Dostoeivsky, le rock, le jazz.

27 octobre 2006

Lawrance Welk meets Velvet Underground - Sister Ray

Comment être très drôle avec très peu de chose : un poil de talent, une bonne idée, de la chance, beaucoup de chance, et surtout, une extraordinaire coincidence de gestes, de rythmes, et d'antagonismes.
Posté par Paul Austere à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2006

Notre (dernière) nuit ardente Partie 1

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 3 page 1: "Radiohead - Hunting Bears Sacha devait rejoindre Marie et leurs amis communs dans un bar, peu avant 23 heures. Malgré son retard déjà bien consommé, il s’arrêta devant un distributeur automatique de billets. Sans doute Marie était-elle déjà dans le bar, souriante et heureuse, seulement trahie par les tapotements irréguliers de son pied contre le socle en métal de la table à laquelle elle était assise. A son arrivée, elle... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2006

The Cure - Charlotte Sometimes

ça pourrait être du Cocteau ou du Carpenter. ça permet de voir à quoi ressemble vraiment Robert Smith. Et avant tout, gardez à l'esprit qu'il ne faut jamais, jamais, appréhender ce genre de musique comme de la musique "gothique". Ce n'est pas de la musique "gothique". C'est simplement de la musique. Il n'y rien de gothique, parce que Cocteau n'est pas gothique. Le gothique n'a fait que vulgariser tout ça, comme le porno vulgarise le sexe. Pour moi, c'est l'histoire d'une jeune fille qui essaie... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 octobre 2006

If You Rescue Me (Velvet Undergroudn vs Michel Gondry)

Même si la vidéo parait bizarre, elle permet de voir "If You Rescue Me", reprise d'After Hours du Velvet, extrait de la Science des Rêves. Et oui, cette représentante locale de la SPA a l'air un peu trop sexy pour être vrai. Mais si elle est sincère, alors elle est touchante. Quoi qu'il arrive, c'est encore une de ces pépites que l'on ne trouve que sur Youtube. De la poésie pure parce que pathétique, touchant, intime. Quelque part, c'est humain, humain comme les humains devraient l'être.
Posté par Paul Austere à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2006

Quand serons-nous des fantômes ? Partie 4 (fin)

"Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 2 page 4 (fin): Devendra Banhart - An Island  : -Très bien la serveuse est un fantôme, c’est sûr, avoua Sacha. Ce qui nous ramène au même point, on a pas avancé d’un centimètre : depuis quand est-elle un fantôme ? -ça, elle seule le sait. Son entourage proche aussi, peut-être, s’ils la connaissent vraiment bien. -Suffit de lui demander. -Fais-le toi lui répondit-elle du tac au tac. -C’est ton truc ça, c’est... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2006

I know I’m unloveable

Aujourd’hui nous allons nous parler d’un truc super cool : la sémantique et le langage. Eh non, ne partez pas… Peut-être que si je vous dit que je m’appuie sur trois choses précises, cela vous donnera envie de rester. Ces trois choses sont : une chanson de Smiths, mon expérience personnelle, et ce que j’écrits. Et non vous inquiétez pas (ou inquiétez-vous si vous êtes érudits), je ne connais rien en sémantique, je déteste tout ce qui touche aux règles et j’ai bien l’intention d’attaquer le problème à ma façon. La chanson... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 17:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 octobre 2006

Quand serons-nous des fantômes ? Partie 3

Extrait des répétitions de Nos Nuits Ardentes (roman), Chapitre 2 page 3 : "The Kinks - I'll remember " - Alors comment savoir que tel adulte est un fantôme et que tel autre ne l’est pas demanda Sacha? -On ne peut pas vraiment le savoir. (Tu m’as interrompue là, non, souffla Marie ?). C’est comme les papillons. Ils ne vivent qu’un seul jour. Pourtant, est-ce que tu as déjà vu un papillon mourir ? Est-ce que tu as déjà vu un cadavre de papillon ? -Je crois bien qu’une fois…commença Sacha ... [Lire la suite]
Posté par Paul Austere à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attention : votre adresse e-mail est nécessaire pour laisser un commentaire (mettez en une bidon si ça vous gène, je m'en fiche)